Portes Ouvertes
Candidature
X
Samedi 14 novembre
L'ICAN vous accueille en Journée Portes Ouvertes !
En savoir plus

#AlumniICAN : Rencontre avec Hugues Barlet, Game Designer chez Voodoo

Publié le 29 septembre 2020

 

Présentez-vous-en quelques mots…

Bonjour, je m’appelle Hugues BARLET, j’ai 28 ans et suis Game Designer spécialisé sur les jeux Free to Play sur smartphone. Actuellement, je suis chez Voodoo et j’ai eu l’opportunité de travailler pour des studios tels que Oh Bibi ou encore Gameloft.

Quand avez-vous intégré l’ICAN et pour quelle formation :

J’ai intégré l’ICAN en 2011 et j’y ai suivi la formation Game Design.

Quels ont été d’après vous, les vrais plus de la formation que vous avez suivie ?
La vraie force de l’ICAN est de pousser les futurs Game Designers à être autonomes et polyvalents dans la production de leurs jeux. C’est dans cet objectif que nous avions des cours sur différents aspects de la création : 2D, 3D, programmation, level design etc. Cela permet de comprendre tous les mécanismes et toute la chaine pour pouvoir créer un jeu. Cela m’a énormément plu dans la formation proposée, ce qui diffère avec les autres écoles en France. Encore aujourd’hui, cette polyvalence m’aide dans mon travail, et c’est pour cette raison que je me suis aussi tourné vers le jeu mobile, ce qui me permet d’être « touche-à-tout ».

L’autre point positif est la qualité de l’enseignement. Les professeurs sont tous des professionnels, et sont à l’écoute des élèves. Ils nous préparent tous à rejoindre le monde du travail, en essayant de nous transmettre leurs passions et leurs connaissances.

 

Quel souvenir gardez-vous de vos années d’étude au sein de l’ICAN ?

Presque 10 ans déjà que j’ai rejoint l’ICAN…Beaucoup de nostalgie en repensant à ces années. Il y a eu des moments difficiles, notamment les fins de projets ! Mais je ne garde que de bons souvenirs. J’ai pu aussi créer de belles amitiés que ce soit avec les élèves de ma promotion ou les professeurs.

 

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui suivent aujourd’hui cette formation ?

Il faut toujours avoir l’envie de faire mieux, de se dépasser, de faire plus que ce que les professeurs demandent. Je n’étais pas le plus bosseur au lycée, mais j’ai appris le goût de l’effort à l’ICAN. C’est comme cela que vous y arriverez, et que vous trouverez un travail dans ce milieu fermé qu’est le jeu vidéo.

Essayez aussi d’avoir une attitude professionnelle et d’être rigoureux, que ce soit au niveau des CV, des mails, de la qualité de votre travail au quotidien. Votre réseau professionnel commencera dès la première année à l’ICAN, et vous suivra sûrement toute votre carrière !

 

Avez-vous gardé contact avec vos anciens camarades ?

Oui tout à fait, certains sont mêmes mes meilleurs amis, et collègues ! On retrouve de plus en plus d’élèves de l’ICAN dans les studios, cela fait plaisir !

 

Concernant votre parcours professionnel :
Avez-vous rencontré des difficultés lors de vos entretiens d’embauche ? Si oui lesquelles ?

Non jamais personnellement, j’ai eu la chance de toujours trouver des stages et des emplois stables. Gardez à l’idée que c’est un effet domino, et que cela commence déjà par l’image que vous renvoyez aux professeurs. J’ai eu la chance d’avoir mon premier stage via notre professeur de Game Design. Mais le réseau ne fait pas tout, vous aurez sans aucun doute des tests à passer avant d’intégrer des studios, et ici aussi, il faudra donner de son temps, sans compter, pour rendre le meilleur test, et ainsi avoir une chance d’intégrer le studio souhaité. Il faut se dire que le plus dur, c’est au début, pour se faire une place sur le marché. Au fil des années et de l’expérience accumulée, cela deviendra un peu plus simple !

Votre formation vous a-t-elle permis d’atteindre vos objectifs professionnels ?
Complétement, je dois beaucoup à l’ICAN et à ses professeurs. Je fais le métier qui me plait à l’heure actuelle, et forcément la formation de l’école y est pour quelque chose.

 

Parlez-nous de votre poste (CDI?, mission…)

Je travaille actuellement à Voodoo Paris en CDI, et ma principale mission est de développer le futur de l’hypercasual (jeux très simples destinés à être joués par des millions de joueurs). En tant que seul Game Designer de l’équipe, je me dois d’être le plus polyvalent possible car je suis responsable de la vision de plusieurs jeux, de leur conception jusqu’à leur mise live sur les stores. Dans une journée, je suis donc multitâche : du level design sur Unity, du management, du balancing sur Excel… C’est très enrichissant !

200