X
SPO du 14/12
L’ICAN vous accueille en Soirée Portes Ouvertes !
Je m'inscris !
Brochure ICAN
Découvrez l'école et ses formations
Je télécharge
Une question ?
L'ICAN vous recontacte !
Être recontacté

Serious game : quels enjeux ?

Actualité publiée le octobre 19, 2022

Longtemps taxé d’abêtissant et de futile, le jeu vidéo est aujourd’hui résolument utilisé pour communiquer, apprendre et se former. On voit donc émerger de plus en plus de serious game de qualité, quels sont les enjeux de ces jeux vidéo si particuliers ?

 

 

Visuel_serious_game

 

 

Le serious game : nouveau concept révolutionnaire

Le serious game, ou jeu sérieux en français, est un jeu dont l’objectif principal n’est pas le divertissement. Il reste basé sur un socle vidéoludique original, mais le contenu et les objectifs que doivent poursuivre le joueur sont sérieux, c’est donc souvent une interface pédagogique, informative ou d’entraînement, qui utilise les leviers ludiques du jeu vidéo.

 

Pour atteindre ses objectifs pédagogiques, informatifs ou communicationnels, le serious game est un outil très puissant. Le jeu permet de développer l’imaginaire du joueur en l’immergeant intégralement dans un univers unique et original (qui peut revêtir les valeurs d’une marque s’il est utilisé dans le cadre de l’entreprise).

 

Serious game : les avantages en communication et marketing

Le serious game revêt de nombreux enjeux dans le milieu de la communication et du marketing. Utilisé dans ces secteurs, il permet de véhiculer un message auprès d’un public qui démontre de beaucoup plus de motivation et de capacité d’absorption de l’information qu’en situations normales.

 

C’est aussi un excellent outil pour toucher des segments de consommateurs très digitalisés et friands d’expériences digitales uniques. Conçu sur mesure pour un événement, une entreprise ou le lancement d’un produit, un serious game offre de créer une relation spéciale avec la communauté des joueurs. En ce sens, il permet de véritablement entrer en contact avec les générations dites « digial natives », comme les fameux Millenials ou la génération Z, déjà sur-connectés. Dans le flux d’information et de propositions numériques, le serious game tire son épingle du jeu, car il fait appel à l’attention et à la motivation du public. L’aspect ludique qu’il revêt est aussi un excellent moyen de toucher un public plus large, attiré par le jeu avant d’avoir un attrait direct pour le sujet à véhiculer.

 

À ce titre, le serious game peut vraisemblablement être utilisé dans des campagnes de sensibilisation. Il devient alors un excellent support pour parler de sécurité, de santé, de prévention, de handicap et d’inclusion ou encore de sexisme et d’écologie. Le serious game permet de regrouper en un seul produit deux éléments cruciaux d’une bonne campagne de sensibilisation. Il favorise la mémorisation et la compréhension du message, tout en donnant la sensation de vivre un événement. La dimension immersive d’un serious game a donc un impact colossal sur la modification des comportements des joueurs, qui auront été directement touchés par la thématique du jeu.

 

Le serious game comme outil d’entraînement

Les potentialités du serious game en matière de formation du personnel ou d’apprentissage chez les enfants sont colossales. Chez le jeune public, il permet de développer des connaissances et de faciliter de nombreux apprentissages éventuellement problématiques. C’est le cas de nombreux enfants dyslexiques, qui ont vu leur rapidité en lecture décuplée en s’entraînant via des serious games spécifiquement conçus pour améliorer cette compétence.

 

Un apprenant sur serious game retiendrait près de 6 fois mieux ce qu’il découvre qu’en situation normale. C’est que le serious game offre d’observer, d’expérimenter et de se tromper sans peur de la sanction. C’est un environnement unique et virtuel où le but est de résoudre des problèmes sans culpabilité ni obligation de réussite à tout prix. Les joueurs, plus investis retiennent mieux leurs leçons, découvrent activement les grands événements de l’histoire, etc.

 

Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que dans le serious game, le joueur est représenté par un avatar. Chez les personnes sensibles, socialement mal à l’aise ou en difficulté scolaire, le fait que l’échec soit attribué au personnage dans un univers fictif est une source d’un grand apaisement. Elles retournent plus facilement à l’apprentissage, toujours via le jeu, avec l’envie de dépasser leur dernier point de blocage là où ces personnalités abandonnent souvent définitivement face à l’échec dans la vie réelle.

 

Les interfaces de simulation de nombreux serious games permettent aussi de développer des compétences physiques. C’est le cas des applications sportives, par exemple. Leur système de traçage des performances, les diagrammes très visuels qu’elles produisent et le partage de sa réussite sont des éléments qui contribuent véritablement à obtenir la motivation et l’adhésion des joueurs.

 

Le serious game : enjeux pour la formation et le recrutement des salariés

En entreprise, le serious game présente des enjeux colossaux. C’est un puissant outil qui offre de développer l’engagement, la motivation et la cohésion des équipes. Jouer est un acte qui active des mécanismes cognitifs et psychologiques propres à chaque joueur. Selon le but du jeu, l’interface peut favoriser l’expression de la créativité, la curiosité ou même créer du lien social. Ce sont des leviers de motivation très puissants, qui facilite l’acquisition de compétence et peuvent même parfois changer les comportements des membres d’une équipe.

 

Développer un serious game ou procéder à la gamification sont des opportunités importantes pour une entreprise qui souhaite moderniser sa marque employeur. On voit en effet de plus en plus de structure intégrer des serious games à leur processus de recrutement. Elles séduisent ainsi de nouveaux collaborateurs et disposent d’un excellent outil pour voir émerger de véritables talents.

 

Le recours à une interface digitale (et au jeu) permet à des personnalités plus introverties (mais néanmoins très compétentes) de briller et de démonter toute leur palette de savoir-faire, là encore sans la pression sociale ou la peur de l’échec. En ressources humaines, le jeu peut ainsi être utilisé comme filtre, afin de ne retenir que les meilleurs à l’occasion d’une première étape d’un processus de recrutement. Dans le cadre de la législation française, qui cherche à favoriser l’objectivité dans l’embauche pour obtenir plus de diversité dans les entreprises, le serious game offre au responsable de recrutement de véritablement adopter une positon neutre. En effet, le salarié joue via un avatar, qui ne représente en aucun cas ses origines ethniques, ses orientations sexuelles ou encore son âge.

 

C’est aussi un moyen ludique et agréable d’accompagner le développement professionnel des collaborateurs d’une structure. En effet, la formation professionnelle est un enjeu de taille pour le serious game, qui doit dans ce cas permettre de développer ses compétences métier tout en profitant d’une interface ludique et esthétique.

 

L’ICAN propose des formations de très haut niveau académique et technique propre à permettre à ses étudiants de savoir développer un serious game en fonction des attentes de leurs clients. A ce titre, les étudiants de l’ICAN ont déjà travaillé sur un projet de serious game avec la CASDEN.

 

 

Les applications des serious game sont multiples et leurs enjeux sont colossaux. On a récemment vu des initiatives originales et réussies dans le domaine de la santé, offrant aux professionnels de s’entraîner dans la sphère fictive pour mieux intervenir auprès des patients.

Cette école fait partie du groupe Réseau GES
Établissement d'enseignement supérieur privé
SAS Videnum

3 campus en France
Suivez-nous !

Cette école fait partie du groupe Réseau GES
Établissement d'enseignement supérieur privé
SAS Videnum

200