X
JPO du 11/02
L’ICAN vous accueille en Journée Portes Ouvertes !
Je m'inscris !
Brochure ICAN
Découvrez l'école et ses formations
Je télécharge
Une question ?
L'ICAN vous recontacte !
Être recontacté

#ALUMNIICAN : RENCONTRE AVEC Romain Pierson, Game Designer at Koalabs Studio

Publié le 20 avril 2021

Présentez-vous-en quelques mots…

Je m’appelle Romain Pierson et je suis Game Designer. Avant de me lancer dans le jeu vidéo, j’ai fait un Bachelor à St-Luc dans une école d’Arts Numériques à Bruxelles.

J’ai commencé mon parcours professionnel pendant ma 3e année à l’ICAN en étant embauché en stage chez Kobojo en tant que Game Designer et Testeur Q/A. J’ai eu l’occasion de travailler sur plusieurs projets et mon stage s’est transformé en CDD. Ensuite, j’ai été pris en CDI chez The Good Drive comme Game et Level Designer. Désormais, je suis chez Koalabs où je suis Game Designer sur un jeu d’aventure narratif.

Aussi, sur mon temps libre, j’écris des articles sur mon site « Metajv » à propos du jeu vidéo. Cela me permet de réfléchir sur le médium, son actualité et sur le milieu en général, tout en proposant des axes de réflexion que j’espère originaux.

 

Quand avez-vous intégré l’ICAN et pour quelle formation ?

J’ai intégré l’ICAN en 2011 pour la formation Game Design avec l’option Développement.

 

D’après vous, quels ont été les vrais plus de la formation que vous avez suivie ?

L’un des gros plus de la formation que j’ai suivie est le fait d’avoir des cours et des travaux à faire sur tous les différents aspects de la production d’un jeu. On n’apprenait pas que le game design mais aussi la programmation, le graphisme ou encore le sound design. J’ai remarqué une véritable différence de capacité de communication avec les autres corps de métiers lors de mes expériences professionnelles.

Aussi, on avait à la fois un cours sur la théorie et un autre sur la pratique du game design. Cela permettait de développer son modèle de pensée et sa compréhension de la discipline d’une part et de connaître et apprendre à utiliser ses outils d’une autre.

 

Quel souvenir gardez-vous de vos années d’étude au sein de l’ICAN ?

J’ai vraiment apprécié mes 3 années de Bachelor Game Design au sein de l’ICAN. J’ai eu l’occasion de rencontrer de nombreuses personnes qui sont devenues des amis et j’y ai appris beaucoup de choses. La deuxième année de Bachelor était la plus difficile car il y avait une véritable évolution des attentes et de la charge de travail mais c’était très formateur. Je pense que c’est à partir de cette année-là que j’ai réellement compris ce que cela impliquait de travailler dans le jeu vidéo.

 

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui suivent aujourd’hui cette formation ?

Je pense qu’une fois qu’on a trouvé la discipline qui nous plaît, il faut absolument essayer d’avoir le rôle qui lui correspond lors des projets et de bien la développer avec les exercices qu’on vous donne.

Cependant, il ne faut pas négliger les autres disciplines car elles deviendront de véritables atouts lors de vos expériences professionnelles ou elles pourront vous permettre de rattraper une mauvaise note.

Cette formation apprend surtout à devenir « indépendant » tout en ayant la possibilité de se spécialiser dans un domaine. Il faut en tirer profit au maximum.

 

Avez-vous gardé contact avec vos anciens camarades ?

J’ai gardé contact avec plusieurs anciens camarades. Certains que je vois et avec qui je parle régulièrement et d’autres plus occasionnellement.

 

Concernant votre parcours professionnel :

Avez-vous rencontré des difficultés lors de vos entretiens d’embauche ? Si oui lesquelles ?

Globalement, je n’ai pas rencontré de difficultés particulières. Il est arrivé qu’à certains moments, répondre à des questions d’analyse en direct soit assez complexe car il faut à la fois comprendre où veut aller le recruteur, tout en montrant sa capacité à analyser le fond des choses. Pour cela, il vaut mieux être informé sur l’entreprise, le jeu développé et relever les points clefs de la fiche de poste. Aussi, j’ai déjà eu du mal à faire une « bonne » critique d’un jeu réalisé par le studio qui me recevait, et surtout parce qu’il y avait l’un des concepteurs présents lors de l’entretien, ce qui rend la chose plus délicate.

 

Votre formation vous a-t-elle permis d’atteindre vos objectifs professionnels ?

Oui tout à fait. J’ai pu y développer des compétences qui m’ont été utiles à la fois pour obtenir un travail et pendant l’exercice de mon métier.

N’ayant pas seulement un point de vue de Game Designer, j’ai pu profiter de ce que j’ai appris dans les autres domaines pour améliorer mes concepts, trouver des solutions plus facilement sur des sujets variés et détecter plus facilement la cause d’un souci, que ce soit pour un bug ou dans la communication par exemple.

 

Parlez-nous de votre poste (CDI?, mission…)

Actuellement, je suis Game Designer chez Kolabs à Montreuil en CDD. Nous développons un jeu d’aventure narratif multiplateforme (PC et Consoles).

J’ai pour rôle de réaliser les game design documents des différentes mécaniques et features du jeu. Je me charge aussi de la conception des puzzles, de la gestion des variables liées à l’expérience de jeu (vitesse de déplacement, différents timer, etc.) et de l’UI.

Bien que ce soit inhérent au métier, j’ai aussi un gros travail de communication avec les différents pôles du projet afin de m’assurer que l’information circule bien.

Cette école fait partie du groupe Réseau GES
Établissement d'enseignement supérieur privé
SAS Videnum

3 campus en France
Suivez-nous !

Cette école fait partie du groupe Réseau GES
Établissement d'enseignement supérieur privé
SAS Videnum

200